Ligue de Hockey Junior AAA du Québec

Chris Roy : un Fort qui voit grand

Photo : Gracieuseté - Chris Roy
 
 
Justine Arnold
 
 
 
De la glace au laboratoire, Chris Roy, centre pour les Forts de Chambly, ne laisse aucun obstacle le ralentir sur son chemin. En entamant sa deuxième année en pré-médecine à l’Université de McGill, il nous partage la clef de son succès à l’école et au hockey.

L’Ontario, sa province formatrice
Tout a commencé lorsqu’il jouait pour les Saints du Collège Saint-Andrew’s à Aurora en, Ontario. Cette équipe jouait dans la ligue scolaire ontarienne nommée prep hockey qui est comparable à la LHJAAAQ par sa visibilité auprès de la CJHL et de la NCAA. Il s’est grandement développé de la 10e à la 12e année, lui permettant de remporter, avec son équipe, le tournoi de l’Association sportive des écoles indépendantes de l’Ontario (CISAA) en 2018. Être champions provinciaux a été un grand moment de fierté qui reste encore gravé dans sa mémoire.

Son passage au Collège de Saint-Andrew’s a aussi été marqué par l’influence de son entraîneur de hockey et enseignant de chimie, Joël Morrissey. Celui-ci a joué un rôle important dans sa vie non seulement pour son double encadrement, mais aussi pour l’avoir initié aux sciences. « J’étais chanceux que mon professeur de chimie soit aussi mon coach de hockey. On a été vraiment proches pendant deux ans et cela a définitivement contribué à mon appréciation pour les sciences », dit le futur médecin.

Le point culminant
Il est à noter que, depuis 2017, Chris vit avec la maladie du Crohn. Avant même d’avoir été diagnostiqué de cette condition auto-immune, celle-ci s’est emparée de son système très agressivement, l’affectant mentalement et stoppant complètement sa croissance pendant deux ans. « C’était une période vraiment difficile. Je ne comprenais pas ce qu’il se passait avec mon corps. Je n’allais vraiment pas bien et j’étais incapable de grandir ni de prendre du poids », avoue-t-il. Heureusement, après les traitements et une bonne réhabilitation, il s’en est ressorti encore plus fort qu’au début. Il explique s’être bâti une résilience invincible et ose espérer que les Saints (son équipe de hockey) en auraient bénéficié lors de leur route vers la Coupe Radford.

Du succès de fil en aiguille
« Dès que j’ai repris mon rythme de vie normal, plus rien ne m’arrêtait. Les défis dans ma routine me semblaient comme un jeu. Je voulais voir jusqu’où je pouvais aller. Échouer ne me faisait même pas peur », dit-il. Ainsi, avec son intérêt pour les sciences, Chris a visé pour le programme le plus contingenté parmi les trois meilleures universités en médecine au Canada, telles que McMaster, Toronto et McGill. Pour quelqu’un qui ne voulait pas se fermer de portes, son ambition était très élevée. En 12e année, sa discipline lui permit d’obtenir une moyenne de 95% et par conséquent, d’être accepté par l’Université McGill.

« J’ai choisi mon équipe de hockey après avoir choisi mon université », affirme-t-il. « Montréal semblait offrir la meilleure qualité de vie pour un étudiant et tout mon entourage me la recommandait. En plus de n’être qu’à deux heures de chez mes parents à Ottawa, elle m’offrait les meilleures chances de visibilité auprès de la NCAA. » Pour lui, les valeurs et le rang de la LHJAAAQ lui semblaient comme la meilleure formule, la plus propice à son développement en tant qu’athlète, dans l’optique de jouer pour l’Université McGill un jour avant la fin de ses études.

Depuis le camp d’entrainement des Forts de Chambly en août 2019, Chris s’est mérité un rôle de leader parmi ses coéquipiers. Il est fier de représenter une organisation si bien soudée et qui l’appuie dans la poursuite de ses projets personnels. En fait, les Forts lui remettent le prix de l’athlète de l’année pour la saison 2019-2020 en guise de reconnaissance pour son intégration des valeurs fondamentales de l’équipe comme le respect, l’engagement et la passion et ce, dans toutes les sphères de sa vie. Il termine l’année avec 11 buts en 19 points en 46 parties. « Tout ce que j’entreprends est conduit par mon éthique de travail. Selon moi, la concentration et la discipline viennent naturellement quand tu es passionné par ce que tu fais. »

Pour la suite des choses
« Je suis ma propre compétition. Par amusement, je suis toujours en train de repousser mes limites et je me permets de me définir par mes nouvelles compétences », dit le jeune hockeyeur. En espérant que son parcours puisse en inspirer au moins quelque- uns.
 
 
 

Partenaires

91.9 Sports
Graduor
Trévi big box
NAPA
91.9 Sports
Graduor
Trévi big box
NAPA
91.9 Sports
Graduor
Trévi big box
NAPA

Social

Partenaires

SP
Trévi
Graduor
GradeSlam
91.9 Sports
Napa pièces d'autos
Bardagi Tinarardi
HeadCheck Health