Ligue de Hockey Junior AAA du Québec

Frantz Jean: De la LHJAAAQ à la Coupe Stanley

Crédit: Aigles Bleus Hockey Masculin

Justine Arnold

 

Frantz Jean, ancien gardien de but dans la LHJAAAQ et maintenant entraîneur dans la LNH pour le Lightning de Tampa Bay, rend hommage aux mentors qui l’ont guidé dans ses opportunités et qui l’ont mené à sa première Coupe Stanley en septembre dernier.

 

Ses années de hockey junior

Ce gardien québécois nous partage qu’il n’a jamais été le plus talentueux ni le plus rapide des gardiens de but durant son parcours d’athlète. Selon lui, de 1988 à 1991, il a suivi un cheminement normal en participant aux deux meilleures ligues de hockey junior, soit la LHJAAAQ et la LHJMQ, chez les Cyclones de LaSalle, le Laser de St-Hyacinthe et les Tigres de Victoriaville, ainsi qu’en participant à des camps de perfectionnement durant ses étés dans la région de Montréal, sa ville natale. Bien qu’il ait passé la majorité de ses années junior dans la LHJAAAQ avec les Cyclones, il a quand même développé une bonne amitié avec Martin Brodeur, son coéquipier à l’époque à St-Hyacinthe. Ce n’est pas une surprise que son sens du hockey l’a toutefois mené à une formule gagnante dès l’âge de 20 ans en 1991.

 

À ce moment, il participait à l’école de gardien de but de François Allaire, l’entraîneur des gardiens de but pour les Canadiens de Montréal, et savait comment se démarquer parmi les autres élèves appartenant déjà à la Ligue de hockey junior majeur du Québec. « Je savais que je n’étais pas le meilleur, donc j’ai décidé que j’allais me faire remarquer par mon éthique de travail et mon attitude », dit Jean. « J’étais toujours positif, ouvert aux critiques et capable de les appliquer. » Malgré qu’il ait tenu cette mentalité durant toutes ses saisons précédentes, François Allaire fut le premier coach professionnel à vraiment voir son potentiel. « Tu as eu une excellente semaine Frantz. Continue à travailler fort cette saison comme tu l’as fait chez moi et je vais essayer de te trouver une opportunité. Je garde un œil sur toi », lui dit Allaire. Ces paroles représentaient ce qu’il semblait être le plus gros sentiment d’accomplissement pour lui à ce moment puisque son mentor ne s’investissait pas autant dans les joueurs de la LHJAAAQ habituellement. À sa plus grande surprise, une semaine plus tard, Allaire l’a invité au camp d’entrainement des Canadiens de Montréal. « J’étais sur la glace à côté de Patrick Roy, mon idole de jeunesse… C’était vraiment spécial comme moment. Je n’en revenais pas. J’ai adoré mon expérience au camp des Canadiens et elle a vraiment donné un gros boost à ma carrière. Je suis vraiment reconnaissant pour cette opportunité », dit-il.

 

Son entrée dans le hockey universitaire (maintenant U SPORTS)

Ce point culminant avec les Canadiens lui a permis de se faire recruter par l’Université de Moncton. De 1991 à 1996, Frantz a porté fièrement les couleurs des Aigles Bleus en se trouvant sur la première équipe d’étoiles de l’Association des Sports Interuniversitaires de l’Atlantique pour la saison 1992-93 et en remportant le Championnat Canadien de la ligue en 1994-95. Durant ces années, il a continué de participer à plusieurs écoles de perfectionnement au Québec, dont celle de François Allaire et celle de Vladislav Tretiak, où il devient instructeur également. Après avoir terminé son baccalauréat en communication, Frantz découvre son amour et son talent pour le coaching.

 

Devenir entraîneur

De 1988 à 1991, son impressionnante progression à la toute première école de perfectionnement de Vladislav Tretiak, à Brossard, lui vaut un poste d’instructeur à cette-même école de 1992 à 1995, où il était également un instructeur chez François Allaire à Sainte-Thérèse pendant les mêmes années.

 

Ces légendes du hockey ont voulu approfondir ses aptitudes de pédagogue car, selon eux, ses connaissances et sa vision étaient dignes de confiance. « Je leur dois une fière chandelle. Grâce à Tretiak et Allaire, j’ai pu devenir un athlète compétitif et par la suite un entraîneur des gardiens légitime », dit-il. L’expérience qu’il a tirée dans ces deux écoles lui ont transmis tout le bagage nécessaire pour entraîner sa première équipe midget AAA, en 1996, les Flyers de Moncton.

 

Son succès lui a permis de revisiter la LHJMQ, mais cette fois en tant qu’entraîneur des gardiens en 1997, pour les Wildcats de Moncton. Son deuxième parcours dans la LHJMQ a certainement duré plus longtemps que son premier, étant l’entraîneur des gardiens de but des Wildcats pendant 12 ans. Il est à noter que ses gardiens ont obtenu des records qui tiennent encore aujourd’hui. On aime penser que c’est grâce à Frantz, car nul résultat s’est reproduit depuis son départ. En plus d’avoir gagné deux fois la Coupe du Président, en 2006 et en 2010, les Wildcats ont produit le plus de joueurs s’étant rendus au niveau professionnel, dont la LNH. Parmi ceux-ci, on compte Nicola Riopel, Simon Lajeunesse, Corey Crawford, Jean-François Damphousse et autres.

 

Durant plus d’une décennie, Frantz s’est également investi dans des ligues formatrices telles que la Ligue de hockey Jr A des Maritimes avec les Beavers de Moncton et U SPORTS et les Aigles Bleus de l’Université de Moncton.

 

Lors de la saison 2009-10, il a entrainé parallèlement les Bulldogs de Valpellice, une équipe professionnelle de division 1 en Italie. L’été 2009 et 2010, il a mené l’équipe des moins de 18 ans d’Hockey Canada à la médaille d’or au tournoi Ivan Hlinka en République tchèque et en Slovaquie.

           

Son entrée dans la LNH

La dernière figure importante dans la carrière de Frantz est Guy Boucher, un ami de longue date avec qui il trainait dans les corridors du cégep de Saint-Laurent. Après avoir été l’entraîneur-chef du Lightning de Tampa Bay et des Sénateurs d’Ottawa, Boucher est aujourd’hui Analyste à RDS. Bien qu’ils n’aient jamais joué dans les mêmes équipes, les deux ont toujours fait partie des mêmes cercles de hockey, que ce soit en tant qu’athlète ou en tant qu’entraîneur. S’étant toujours respectés et suivis à distance, ils ont gardé une bonne relation qui a certainement servi de levier dans la carrière de Frantz. En 2010, après avoir été nommé entraîneur-chef du Lightning, Guy l’a appelé pour lui dire : « Frantz, tu es mon gars, je veux travailler avec toi. » Après plusieurs échanges téléphoniques et une rencontre à l’aéroport de Toronto avec Steve Yzerman (directeur général de l’équipe à l’époque), Frantz signe un contrat avec le Lightning et fait son entrée officielle dans la LNH.

 

Son approche

« Il vaut mieux de faire un pas sûr en avant que d’en faire dix et de devoir reculer par la suite», dit-il. Depuis ses premières années en tant qu’entraîneur aux écoles de perfectionnement, Frantz voit toujours un objectif à la fois. « Il faut maitriser avant d’avancer. » Selon lui, Andrei Vasilevskiy est un meilleur gardien aujourd’hui. Nous avons travaillé son approche, ses techniques et son style était à ajuster à son arrivé avec le Lightning en 2012. « Il a un hockey sense hyper aiguisé et un talent simplement incroyable, sans précédent. Donc, c’était facile de faire les ajustements au niveau de son jeu. On est arrivé à la Coupe Stanley une étape à la fois. »

 

Son message à la relève

« Avant tout, tu dois aimer ce que tu fais. Pratiquez votre passion et, surtout, restez patients. Rien ne se fait du jour au lendemain. Ça m’a pris 40 ans de hockey avant de gagner une Coupe Stanley… Maximisez votre expérience, là, où vous êtes aujourd’hui, en saisissant le plus d’opportunités possibles, et les portes s’ouvriront à vous. Comme Allaire et Tretiak l’ont fait avec moi, vos supérieurs voudront vous aider et s’associer à vous si vous donnez toujours votre 110%. En terminant, si vous tombez en amour avec le processus au lieu du résultat final, vous serez toujours dans la bonne direction », conclu Jean.

Partenaires

NAPA
Trévi big box
91.9 Sports
Graduor
NAPA
Trévi big box
91.9 Sports
Graduor
NAPA
Trévi big box
91.9 Sports
Graduor

Social

Partenaires

HeadCheck Health
GradeSlam
Napa pièces d'autos
Graduor
Trévi
Bardagi Tinarardi
SP
91.9 Sports