Ligue de Hockey Junior AAA du Québec

Maxime Covatta : pour l’amour du hockey 

 

 

 

Justine Arnold 

 

Maxime Covatta, défenseur pour le Collège Français de Longueuil, raconte la route qu’il a suivie pour jouer au hockey, de la France au Canada.  

 

Il a joint la LHJAAAQ en 2020 après avoir joué deux saisons avec les Bears du Collège Bishop (Prep School).

Voici ce que Maxime connaissait du Canada quand il est arrivé tout seul en 2015 : étranger, vents nordiques et sport national.  

 

Point de départ 

Après seulement quatre mois au sein des Brûleurs de loups de Grenoble (équipe Pee-Wee en France), il avait déjà de grands objectifs sur le plan sportif. Il n’avait jamais joué au hockey avant l’âge de 12 ans.  

« J’ai connu le hockey assez tard dans ma vie. Les membres de ma famille sont plutôt des athlètes de ski alpin ou de golf, » dit-il.  

 

En 2015, les Brûleurs de loups étaient invités au Tournoi international Pee-Wee de Québec. C’est pendant cette période que Maxime en a profité pour connaître les différents programmes sport-études de notre province.  

« Dès que j’ai enfilé mes patins pour la première fois, je savais que le hockey allait prendre une grosse place dans ma vie. Je suis quelqu’un qui vit au bout de ses passions donc j’étais curieux de voir ce que l’avenir me réservait ici plutôt qu’en France. »  

À son arrivée, il était placé en famille d’accueil et jouait pour les Commandeurs du Collège de Lévis (Ligue de hockey préparatoire scolaire). 

« J’étais le seul étranger dans ma classe. Au début, c’était difficile de s’intégrer car je ne comprenais pas l’accentquébécois. Je trouvais toutefois une stabilité à travers le hockey. » 

 

Années junior 

Après le secondaire, il a intégré le système d’éducation anglophone pour compléter sa 12e année et obtenir unbaccalauréat International. Avec l’équipe de hockey de Bishop, il a pu visiter plusieurs états américains sur la côte Est comme le Massachusetts, New York et Washington.  

« Je m’imaginais poursuivre mes études aux États-Unis dans la NCAA, mais je tenais plus à garder le mode de vie que je m’étais bâti au Canada. Je n’aurais pas été aussi indépendant et la Covid-19 a joué un rôle pour me garder à Montréal. »  

« Rester au Québec me permettait de concilier études et hockey dans un environnement beaucoup plus propice à mon développement. Je voulais commencer ma vie d’adulte; avoir mon foyer, le hockey et les études tout au même endroit. »  

Maxime explique que les performances académiques et sportives ne peuvent être dissociées. Son cheminement double a toujours été encouragé par ses parents et il croit fermement avoir eu une des plus enrichissantes formations.  

« Les diplômes sont des forces fiables d’avenir. Des blessures, ça arrive... il faut toujours penser à son plan B quand on est athlète et ce, même si on n’y croit pas vraiment. » 

Covatta fait actuellement un baccalauréat en génie civil à l’Université de Concordia. Jouer dans le circuit U SPORTS est son prochain objectif. 

 

Confinement  

Aucun défi ne semble trop gros pour lui. En confinement, il a remplacé son temps à l’aréna pour des projets personnels.  

Depuis mars 2020, il a appris l’espagnol et appris à jouer au piano. Il a aussi lancé « We Save Our Planet » un compte Instagram où il partage des actualités pour sensibiliser ses abonnés aux enjeux environnementaux. Vous pouvez y jeter un coup d’œil juste ici.  

« Je suis très curieux de nature donc je m’intéresse à tout. Je suis aussi motivé à me perfectionner dans tout ce que j’entreprends. Je ressens une grande fierté quand je suis finalement bon dans quelque chose que je ne connaissais pas avant », ajoute-t-il.  

 

Conclusion 

Le défenseur admire particulièrement le train de vie des Canadiens. La sympathie, la diversité culturelle, les opportunités et les avantages sociaux d’ici lui ont apporté une sécurité et un épanouissement.  

 

« Je ne me vois pas déménager en France bien que l’idée m’ait traversé l’esprit plusieurs fois durant mon adolescence. Je suis bien à Montréal et encore mieux dans une organisation professionnelle comme le Collège Français où je peux vraiment me surpasser », termine-t-il.   

 

Partenaires

Graduor
Trévi big box
NAPA
91.9 Sports
Graduor
Trévi big box
NAPA
91.9 Sports
Graduor
Trévi big box
NAPA
91.9 Sports

Social

Partenaires

91.9 Sports
HeadCheck Health
GradeSlam
Graduor
Bardagi Tinarardi
Napa pièces d'autos
Trévi
SP